Les Métamorphoses Orchestra

Inspirés par les travaux de Nikolaus Harnoncourt et Sir Roger Norrington, l’orchestre se donne pour mission de parvenir à une sonorité la plus adaptée à chaque époque en utilisant des instruments modernes. Fondé par Camille et Raphaël Feye, l’ensemble est composé de musiciens professionnels choisis pour leur engagement et leurs connaissances en pratique historique.

Concerts

samedi 25 mars 2017 - 20:00

Tourinnes-la-Grosse

Église Saint-Martin
Place Saint-Martin
1320 Tourinnes-la-Grosse

Programme

Carl Philipp Emanuel Bach
Symphonie en fa majeur

Joseph Haydn
Symphonie en fa mineur "La Passione"

Wolfgang Amadeus Mozart
Concerto n°27 en sib majeur

concert organisé par l'ONG
La chaîne de l'espoir

dimanche 26 mars 2017 - 17:00

Luxembourg

Église Saint-Michel
rue Sigefroi
L-2536 Luxembourg

Programme

Carl Philipp Emanuel Bach
Symphonie en fa majeur

Joseph Haydn
Symphonie en fa mineur "La Passione"

Wolfgang Amadeus Mozart
Concerto n°27 en sib majeur

concert organisé par l'ONG
La chaîne de l'espoir

mardi 28 mars 2017 - 20:00

Gand

Handelsbeurs
Kouter 29
9000 Gand

Programme

Carl Philipp Emanuel Bach
Symphonie en fa majeur

Joseph Haydn
Symphonie en fa mineur "La Passione"

Wolfgang Amadeus Mozart
Concerto n°27 en sib majeur

concert organisé par l'ONG
La chaîne de l'espoir

Musiciens

Raphaël Feye, chef d’orchestre

Chef et chambriste, à la baguette ou l'archet à la main, le violoncelliste et chef d’orchestre Raphaël Feye parcourt l’ Europe depuis près de dix ans, dévoilant au cours de ses concerts sa passion pour la musique à travers une communication musicale engagée. Cet amoureux des lettres anciennes et modernes fait résonner son violoncelle et sa voix de chef avec l’intelligence, le verbe et la sensibilité d’un musicien épris des chemins qui mènent d’un art à l’autre. Lauréat des Conservatoires Royaux de Musique de Bruxelles, de la Hochschule für Musik «Felix Mendelssohn-Bartholdy» de Leipzig et de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, c’est au contact des maîtres Jean-Sébastien Béreau et Jorma Panula qu’il trouve une voie de chef d’orchestre. A la suite de ces rencontres, il dirige les London Mozart Players, le Janacek Philharmonic d' Ostrava et débute comme chef invité en avril 2015 à l'Opéra National de Constanta dans le Barbier de Séville de Rossini. En 2016, il remporte un prix spécial au concours organisé par les London Soloists et est invité à diriger « la Flûte enchantée » de Mozart à l’Opéra d’Etat de Rousse. Depuis 2016, il étudie avec Sir Roger Norrington et l’accompagne lors de plusieurs sessions avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France et la Kammerphilharmonie de Bremen. De Bruxelles à Naples, de Madrid à Moscou, violoncelliste du quatuor CoryFeye de 2009 à 2014, il joue et dirige au cours de nombreux festivals européens après avoir fait vibrer les principales salles de Belgique (Bozar, Flagey, Amuz, De Singel à Antwerpen, Concertgebouw Brugge, PBA de Charleroi, , Stadschouwburg de Leuven,…). Il a également étudié auprès des membres des Quatuors Alban Berg, Artemis et Danel ainsi qu'avec le compositeur et chef d'orchestre Peter Eötvös. Il partage la scène avec des musiciens comme James Boyd, Elina Buksha, Malin Broman, Jean-Michel Charlier, Guy Danel, Lorenzo Gatto, Barbara Giepner, Marie et Sophie Hallynck, Pavel Kolesnikov, Yura Lee, Julien Libeer, Pascal Moraguès, Philippe Raskin, Laura Samuel, George Tudoraché, Boyan Vodenitcharov et bien d’autres. Raphaël a participé a plusieurs concerts diffusés par les radios Klara et Musiq 3.

Julien Libeer, piano

Né en 1987 vers Bruxelles, le plus ancien souvenir musical de Julien Libeer remonte au fameux documentaire sur l’enregistrement de 'West Side Story' par Leonard Bernstein. Le piano, qu’il commença à l’age de six ans, devint rapidement un loyal compagnon dans l’expression d’un amour de la musique qui jusqu’aujourd’hui se nourrit autant d’opéra, du répertoire de chambre et symphonique que des grandes partitions pour piano.

Pendant cinq années décisives, le pédagogue franco-polonais Jean Fassina fut le professeur patient, exigeant et sage que tout aspirant-musicien devrait avoir la chance de rencontrer. Cette expérience fut suivi par une collaboration toute aussi intense avec Maria João Pires, dont les conseils et le soutien continuent d’influencer profondément sa vision des choses.

Julien Libeer a été l’invité de salles telles le Palais des Beaux-Arts et Flagey à Bruxelles, le Théâtre de la Ville à Paris, la Barbican Hall de Londres, l’Auditorio Nacional de Madrid, le Palau de la Musica à Barcelone, ou encore le Concertgebouw d’Amsterdam. D’autres tournées l’emmènent entre autres au Japon (Tokyo, Sumida Tryphony Hall), au Liban (Beirut Chants festival) ou encore aux Etats-Unis (Miami International Piano Festival).

Il joue en concerto avec entre autres le Brussels Philharmonic, l’Orchestre National de Belgique, deFilharmonie, Sinfonia Varsovia, le New Japan Philharmonic, sous la baguette de chefs tels Michel Tabachnik, Augustin Dumay, Serge Pehlevanian, Joshua Weilerstein, Enrique Mazzola, Christopher Warren-Green...

Chambriste très apprécié, il collabore régulièrement avec Augustin Dumay, Camille Thomas, Frank Braley, Maria João Pires, ainsi que Lorenzo Gatto avec qui il donne l’intégrale des sonates de Beethoven dans la saison 2015-2016.

Julien Libeer a étudié avec Daniel Blumenthal (Conservatoire de Bruxelles) et est artiste associé à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, où il s’est également formé en musique de chambre sous l’égide des membres du Quatuor Artemis. Il a reçu les conseils d’Alfred Brendel, Dmitry Bashkirov et Abdel Rahman El Bacha.

S'il s'est consciemment tenu loin du circuit des concours internationaux, il n'en a pas moins reçu, en 2008, le Prix Juventus (jeune soliste européen le plus prometteur), et fut élu Jeune Musicien de l’année par l’association de la presse musicale belge en 2010. En 2013, il reçoit le prix du public décerné chaque année par la radio Klara.

Très apprécié pour son éloquence, Julien Libeer est un invité régulier des médias belges et étrangers. Son travail a fait l’objet d’un documentaire (« Technique doesn’t exist », 2013), qui se trouve aussi sur YouTube. Habitant à Bruxelles, il passe la plupart de son temps libre à lire, nager ou regarder une bonne série, et est activement engagé dans un nombre de projet sociaux, tous fondé sur l’idée que la musique peut être une force transformatrice pour chaque personne prête à écouter.

Contact

Raphaël Feye
+32 472 75 45 88